L’association Chancégal, qui fête cette année ses 20 ans, lance une campagne en faveur de la mixité complète dans les pratiques sportives. Aux jeux de Tokyo, 6 nouvelles épreuves mixtes ont fait leur apparition.Fabienne Rubira, directrice de Chanégal y voit une réelle évolution. Interview.

Pourquoi voulez-vous initier un mouvement en faveur de la mixité dans le sport ?

Fabienne Rubira : « Pour nous, le sport est un levier et un enjeu de l’égalité réelle entre les femmes et les hommes. Il participe à l’évolution des représentations. Il peut contribuer à lutter contre les stéréotypes et les violences sexuelles.
Notre retour d’expérience d’interventions auprès des jeunes en milieu scolaire nous fait constater qu’il est encore vécu comme une injustice pour certaines filles et garçons: Barèmes différents, filles écartées voire oubliées dans certains sports collectifs…

Quelles sont les disciplines qui pratiquent cette mixité aujourd’hui ?

Sur les 28 disciplines olympiques des Jeux de Rio en 2016, une seule était complétement mixte : l’équitation. Puis se sont développés les épreuves mixtes par équipes, patinage artistique, voile, double mixte en badminton et tennis.
Pour les JO de Tokyo qui viennent de démarrer, 6 nouvelles épreuves mixtes sont au programme: en athlétisme le 4X400m, le judo par équipes mixtes, la natation 4x100m quatre nages,le tennis de table double mixte,tir à l’arc par équipes mixtes et le triathlon : relais par équipes mixtes
Les changements se font doucement dans la compétition, et très lentement dans les entrainements.

L’exemple du CREPS

Parlez-vous de parité ou de mixité ?

De mixité, à savoir un minimum de femmes et d’hommes ensemble.

Sur qui voulez-vous appuyer pour faire passer votre message à La Réunion?

Sur les ligues et comités sportifs de la Réunion, et de façon générale sur toutes les structures impliquées dans le sport à la Réunion

Avez-vous des exemples de premiers démarches entreprises à La Réunion en faveur de la mixité dans la pratique du sport ?

Oui au CREPS de la Réunion de la 4ème à la terminale les parcours d’entraînement sont mixtes pour le judo, le canoë kayak, le tri à l’arc, l’athlétisme et le basket-ball.
C’est aussi le cas dans des projets de cohésion sociale avec des sports collectifs comme le football et le rugby

Quelques mots sur Changégal ?

Chancégal est une association qui œuvre depuis 20 ans à la Réunion pour la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes avec le soutien de la Préfecture et du FSE. Elle intervient dans les établissements scolaires, accompagne de structures privées ou publiques à l’égalité professionnelle etméne des actions de prévention des violences au sein du couple. Ce sont les principaux axes de nos activités.
www.changegal.com 0 262 97 60 29

Interview : Guy Leblond
Photos : Pierre Marchal

Un rendez-vous le 21 novembre

A l’occasion des 20 ans sa création, Chancégal mettra en place
plusieurs temps forts dont un le 21 novembre prochain autour de la valorisation de la mixité dans le sport. L’association proposera une journée tout public, pour découvrir et partager des activités sportives autour de la mixité femmes / hommes mais aussi dans toute la diversité. Au programme, un relais découverte sportive dans la mixité en partenariat avec les ligues et comités volontaires. Des tables rondes et échanges avec les actrices et acteurs locaux sur de l’avancée de la mixité et de l’égalité femmes hommes dans le sport réunionnais

Rate this post
   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentPatrice Casimir sur le départ
Article suivantDonavan Grondin décroche le bronze
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici