Au cœur des débats depuis plusieurs semaines, Dimitri Payet continue de cristalliser les tensions autour de lui. La raison principale de cette situation est enfin sortie au grand jour. Ses coéquipiers et les commentateurs reprochent aux Saint-Philippois d’avoir incité ses coéquipiers à refuser une baisse de salaire durant le confinement pendant que lui négociait la sienne, se donnant ainsi le beau rôle.

Malheureusement pour les supporters de l’OM, le spectacle se passe plus dans les secrets de la Commanderie, le centre d’entraînement, qu’au stade vélodrome. Au coeur de cette sitcom : Dimitri Payet. Si les performances du Réunionnais ne sont plus ce qu’elles furent, son comportement ne fait pas non plus l’unanimité.

Une violente altercation entre Dimitri Payet et Florian Thauvin le 18 janvier dernier avait fuité dans la presse. Si au début, les raisons invoquées de cette brouille entre les deux internationaux portaient sur les performances, le vice-capitanat, les penaltys ou les attitudes des deux joueurs, le coeur du problème est tout autre. Dans une interview accordée au journal L’Équipe et publiée le 26 janvier, le champion du monde explique que le véritable noeud du problème se situe au niveau des salaires.

Selon RMC sport, durant le confinement, Dimitri Payet aurait incité certains de ses coéquipiers à refuser une baisse salariale demandée par le club. Au même moment, l’ancien joueur de l’Excelsior négociait une prolongation de contrat avec une baisse de salaire. Une attitude perçue comme une trahison par Thauvin, en négociation pour une prolongation avec hausse salariale.

Cette attitude aurait passablement énervé certains joueurs et certains consultants. C’est le cas de la légende du club Éric Di Meco qui n’a pas caché ne pas être “très fan de Dimitri Payet”. Celui qui a remporté la Ligue des Champions avec l’OM en 1993 évoque même “un pouvoir de nuisance énorme” du Réunionnais au sein du club phocéen.

Une crise qui explique les contre-performances sportives du club qui reste sur 3 défaites d’affilée et qui pourrait avoir des répercussions sur la fin de saison.

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédent« Les femmes doivent oser s’engager ! »
Article suivantFootball | Noël Le Graët félicite Yves Ethève
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici