Diego Armando Maradona est décédé ce mercredi 25 novembre à l’âge de 60 ans. Il venait de fêter ses 60 ans le 30 octobre dernier. Il a succombé à un arrêt cardiaque. L’Argentin au célèbre numéro 10 a marqué l’histoire du football.

Il avait remporté la Coupe du monde en 1986. Le légendaire numéro 10 de l’Albiceleste, Diego Armando Maradona, n’est plus. Mais “El Pibe de Oro” (“le gamin en or”), comme il était surnommé depuis ses débuts, restera à jamais dans la légende du ballon rond.

La presse argentine annonce que le légendaire footballeur est décédé des suites d’un arrêt cardio-respiratoire ce mercredi matin. Les ambulances qui se sont rendues à son domicile dans la ville de Tigre dans la banlieue de Buenos Aires n’ont rien pu faire pour le sauver. Le champion du monde 1986 avait été opéré récemment d’un hématome sous-dural.

Né le 30 octobre 1960 à Lanus, dans la province de Buenos Aires, au sein d’une famille modeste, le jeune prodige intègre à 10 ans Argentinos Juniors, un des clubs de la capitale. Dans une interview à la télévision argentine, il déclare à 12 ans : “J’ai deux rêves, disputer une Coupe du Monde et la remporter avec l’Argentine”. Diego sait ce qu’il veut. Et il va l’obtenir. Avant même de fêter ses 16 ans, il débute avec l’équipe première de son club.

Quelques mois plus tard, il est appelé pour sa première cape avec l’Albiceleste, la sélection argentine, contre la Hongrie. Plébiscité pour être présent au Mondial 1978 qui a lieu à domicile, « Dieguito » ne figure pas dans la liste. Une déception d’autant plus grande que l’Argentine y remporte son premier titre face aux Pays-Bas (3-1). Une blessure qui ne se refermera jamais vraiment selon Maradona.

L’une des dernières photos de Diego Maradona, le 12 novembre. Admis huit jours auparavant aux urgences pour se faire opérer d’un hématome au cerveau, Diego Maradona avait été autorisé à quitter l’hôpital d’Olivos, dans la banlieue nord de Buenos Aires. Son médecin personnel, Leopoldo Luque, avait partagé sa sortie en publiant sur son Instagram une photo le montrant avec la légende du football argentin, la tête recouverte d’un bandage.

 

   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentOn achève bien les traileurs
Article suivantLe roman de Daniel sur la Diagonale des Fous 2019
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici