Élu homme du match mercredi contre le Portugal (2-2), l’attaquant Karim Benzema est revenu sur son doublé, le premier depuis octobre 2015 et son retour en bleu.

« Comment avez-vous vécu ces premiers buts en bleu depuis votre retour ? 
Avant toute chose, c’était un match difficile face à une bonne équipe du Portugal. Un match très intense sur les plans physique et mental. Sur un plan individuel, je reste au maximum concentré sur le terrain, je sais ce que je dois faire et apporter. J’ai mis deux buts ce soir mais le plus important dans le football, c’est de gagner. Aujourd’hui, on a fait match nul mais on est premiers et qualifiés. Tout le monde attendait ce premier but avec mon retour après six ans d’absence. J’ai l’habitude d’avoir de la pression. Quand j’ai mis ce penalty, on a vu la joie des supporters français présents. Cela m’a donné beaucoup de forces et m’a aidé à inscrire le deuxième but au retour des vestiaires.

Racontez-nous ce penalty quand vous prenez le ballon…  
On n’a pas besoin de discuter sur un terrain pour savoir qui tire les penalties. Il n’y a pas d’ordre. J’avais toute confiance en moi, je les ai beaucoup travaillés à l’entraînement. Il faut être concentrés, déterminés, ce que j’ai démontré sur le penalty. Tous les supporters étaient derrière moi et ça nous a fait du bien qu’ils soient là. On a besoin d’eux et c’est beaucoup de force pour nous.

Je savais qu’en revenant en sélection, il allait y avoir des critiques. Ça fait partie du foot. Mais je ne baisse jamais les bras. 

Vous êtes-vous senti libéré après ce premier but ? 
C’est comme ça… Je savais qu’en revenant en sélection, il allait y avoir des critiques. Ça fait partie du foot. Mais je ne baisse jamais les bras. À chaque fois que j’entre sur un terrain, j’ai envie de marquer et de faire marquer. La pression, je l’ai depuis tout petit et aujourd’hui un peu plus. Tout le monde attendait ce but mais ça me motive pour donner plus.

À la mi-temps, on vous a vu discuter avec Cristiano Ronaldo, votre ancien coéquipier en club. Que vous êtes-vous dit ?
Ça fait plaisir de le revoir. On a fait un bout de chemin ensemble, on a joué 8 ou 9 ans au Real, on a remporté beaucoup de titres et marqué beaucoup de buts. On a discuté, on s’est dit bonne chance pour la suite que ce soit en sélection lors de ce tournoi ou en club et de continuer à prendre du plaisir sur le terrain. »

Claire GAILLARD à Budapest

Rate this post
   Envoyer l'article en PDF   
Article précédentBenzema ouvre son compteur
Article suivant52ème tour auto du 22 au 25 juillet
Installé à la Réunion depuis 28 ans. Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, puis fondateur d’une agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici